Pour suivre la chronique de Nathalie

Pour suivre la chronique de Nathalie

S’épanouir grâce à la musique, grandir en chantant!

Par Nathalie Mondou, Espace Parents

Octobre-Novembre 2008

Instinctivement, les enfants tapent sur la tablette de leur chaise haute et, plus tard, sur des casseroles. Pour les initier à la musique, quoi de mieux que d’aménager un coin où ils pourront s’y consacrer et de fabriquer des instruments avec eux?

Chanter, danser ou jouer d’un instrument de musique contribue au développement global de l’enfant. Plusieurs études montrent que la musique joue un rôle notable dans l’amélioration des aptitudes sociales et scolaires. Voici des pistes pour explorer le plaisir de vivre la musique en famille.

Un coin musique à la maison : du plaisir dans l’action

Aménagez un espace où vous mettrez à la disposition de vos enfants un lecteur de disques compacts, un magnétophone portatif, des livres de comptines et de chansons, des CD variés et divers instruments de musique. Le petit magnétophone servira à enregistrer les chants, les sons et les bruits de l’environnement. Pourquoi ne pas enregistrer votre « chanson du mois » en famille? Inventez des mélodies avec vos enfants ou changez les mots d’un morceau connu.

De plus, vous pouvez élargir les horizons de vos tout-petits en favorisant l’écoute de différents styles musicaux : musique du monde, musique classique, musique pour enfants… Partez à l’aventure! Les bibliothèques regorgent de documents sonores captivants.

Des instruments et des sons : une source d’inspiration

Vous pouvez fabriquer des instruments de musique en famille et les disposer dans le coin que vous aurez aménagé : ainsi, votre enfant pourra s’en servir de façon autonome et spontanée.

Voici des exemples d’instrument « maison » :

  • Des maracas : bouteilles d’eau ou autres récipients avec couvercles, remplis de riz, de pâtes alimentaires, de sable, de pois, de capsules de métal, etc.
  • Un guiro (prononcez « guiéro ») : une brosse à dents ou un crayon frotté sur une bouteille d’eau texturée.
  • Un tambour : une peau de chamois fixée à l’aide d’un élastique sur une boîte de conserve.
  • Le tambour de l’océan : un contenant de repas congelé avec un couvercle transparent, rempli de petites perles à collier.
  • Une guitare : une boîte de mouchoirs vide sur laquelle on tend des élastiques de différentes tailles.
  • Un mobile sonore : des clés ou autres objets fixés à un cintre (attention aux petites pièces pour les jeunes enfants).

Pour donner une petite touche d’exotisme à votre coin musique, vous pouvez enrichir votre collection d’objets sonores d’instruments de musique exotiques que vous aurez dénichés dans des boutiques d’artisanat ethnique ou glissés dans vos bagages en guise de souvenirs de voyage. Et maintenant, place à la musique!

Pour des idées de fabrication d'instruments de musique, cliquer ici.

Pour trouver des instruments de musique, vous pouvez vous rendre sur Empire-Music, Archambault, fdmt, ainsi que dans les boutiques d'instruments de musique et d'artisanat ethniques.

Pour suivre la chronique de Nathalie

Aider son enfant à développer son langage grâce à la musique

Par Nathalie Mondou, Espace Parents

Février 2009

Devant un enfant qui présente un retard marqué dans l’acquisition du langage, le parent se sent souvent démuni. Celui-ci peut aider son enfant en attente d’une consultation chez le spécialiste en l’initiant à la musique.

La musique favorise la concentration, stimule la mémoire et facilite grandement l’apprentissage du langage. Elle agit sur toutes les dimensions du développement global : affective et sociale, orale, cognitive, langagière, motrice et physique. Les spécialistes du langage utilisent fréquemment des jeux sonores pour augmenter le niveau d’attention et la sensibilité de l’enfant au monde qui l’entoure. On oublie les mots et l’intérêt est axé sur la capacité de l’enfant à identifier ce qu’il entend.

JEUX SONORES

La boîte à surprise

Dans une boîte en carton, on insère des instruments de musique que l’on choisit avec la participation de l’enfant (grelot, castagnettes, tambour, cuillère…). Les yeux bandés, l’enfant doit reconnaître l’instrument joué par le parent. Par la suite, il nomme l’instrument en appuyant chacune des syllabes avec l’instrument. Les enfants aiment bien changer de rôle et prendre celui du meneur.

Variante : Lorsque votre enfant est en mesure de reconnaître aisément la plupart des instruments, produisez une séquence de deux ou trois sons sur différents instruments et demandez-lui de les identifier dans l’ordre d’exécution. La mémoire auditive est ainsi renforcée.

La maison des sons

On choisit une couverture qui deviendra la maison des sons. L’enfant se cache sous la couverture pendant que le parent fait entendre des bruits de la maison (l’eau du robinet, une porte qui se ferme…). Il doit alors identifier le son entendu.

À la recherche du réveille-matin

Les yeux bandés, l’enfant doit suivre le son de la sonnerie et retrouver le réveille-matin caché dans une pièce de la maison. Ce jeu est très apprécié des enfants.

Le jeu du perroquet

L’adulte produit une formule rythmique simple avec un tambour et l’enfant doit répéter la même formule. On peut aussi frotter le tambour et gratter la peau pour varier le jeu.

Comptines et chansons

Les comptines et les chansons sont très utiles pour les enfants qui éprouvent des difficultés langagières et elles ont beaucoup de succès auprès des jeunes. Le rythme et la mélodie d’une chanson aident à mieux articuler les mots. Il est fréquent d’entendre un « encore » à la fin d’une chanson. Le plaisir de jouer avec les mots et leur répétition permettent de découvrir les rimes et les sons qui les composent, comme si on voyait ces mots sous un autre jour. La mélodie d’une chanson peut aider à mémoriser de nouvelles notions, par exemple l’apprentissage de l’alphabet ou d’une langue seconde. Cette activité qu’est le chant demande la participation active du parent, car l’enfant observe l’adulte qui chante et danse, et veut l’imiter. Il y va d’abord de quelques gestes et chante la fin des phrases. Lorsqu’il se sent plus à l’aise, il peut choisir lui-même les chansons en jeu libre ou avec ses amis. Plusieurs livres de comptines et de chansons sont offerts dans les magasins. Entourer les enfants de mots, de jeux, de livres, de chants et de comptines, voilà des solutions gagnantes!

Truc

Au cours de mes années de travail auprès des enfants, j’ai composé plusieurs comptines et chansons axées sur la prononciation de certains phonèmes plus difficiles à acquérir. Parmi ces créations, la comptine de Frimousse l’écureuil favorise la répétition de quelques-uns de ces sons, dont les « ch », les « v », les « r » et les « z ».

Pour suivre la chronique de Nathalie

L’effet Mozart Des bémols à la clé

Par Nathalie Mondou, Espace Parents

Mars 2009

L’EXPÉRIENCE QUI A TOUT DÉCLENCHÉ

En 1993, le Dr Frances Rauscher et son équipe de l’Université de Californie, à Irvine, ont voulu démontrer que le fait d’écouter de la musique, et en particulier la musique de Mozart, pouvait améliorer le quotient intellectuel d’un individu. Pour les besoins de l’expérience, on a mis à contribution quelques dizaines d’étudiants universitaires qu’on a divisés en trois groupes. Pendant une période de 10 minutes, le premier groupe a écouté une sonate de Mozart, le deuxième a eu droit à une cassette de relaxation et le troisième a simplement attendu dans le silence le plus complet. Après divers test, il s’est avéré que le QI des membres du premier groupe avait, pour une courte durée, augmenté de plus de 8 ou 9 points après qu’ils eurent écouté la musique de Mozart. Les résultats de l’étude ont été publiés peu après dans la revue scientifique Nature, et les médias se sont emballés. « L’écoute de la musique de Mozart augmente l’intelligence! » De nombreuses études subséquentes ont toutefois démontré que rien ne permettait de confirmer l’hypothèse du Dr Rauscher.

LÉGENDE URBAINE

Mais il n’y avait qu’un pas à franchir pour conclure que la musique de Mozart rend les enfants plus intelligents. On oublie, semble-t-il, que l’expérience originale avait été conduite sur des adultes. On s’est mis à faire écouter du Mozart aux bébés et aux fœtus. Aujourd’hui encore, malgré le fait que cette théorie soit très contestée et qu’elle ne repose sur aucune preuve scientifique, tout le monde veut continuer d’y croire.

L’EFFET MOZART

Le Dr Alfred Tomatis, décédé en 2001, auteur de l’expression « effet Mozart », a utilisé cette musique simple et pure, proche de l’âme enfantine, tout au long de sa carrière pour régler des problèmes d’apprentissage et de troubles de comportement chez les enfants. Le thérapeute procédait cependant à un remontage des pièces, lequel était ensuite transformé par un appareil électronique qui filtrait certaines fréquences. Ce traitement ne pouvait être réalisé qu’en clinique : rien à voir avec le fait de faire écouter un CD aux enfants avant le dodo! Pourtant, c’est cette dernière méthode que préconise Don Campbell, l’auteur du livre The Mozart Effect, qui vante les mérites de ses compilations de musique de Mozart pour les enfants. « Des études ont montré, prétend-il, que la musique de Mozart a un effet impressionnant sur le développement intellectuel et créatif des enfants. » Cependant, il se garde bien de préciser lesquelles. Il semble que ce ne soit pas tant l’écoute de la musique qui augmente le QI des enfants, mais plutôt la pratique de la musique. L’apprentissage précoce de la musique favoriserait le développement de certains circuits neuronaux. L’universitaire canadien Glenn Schellenbert a montré récemment que « la pratique de la musique par de jeunes enfants leur permet de développer plus rapidement leur coefficient intellectuel ». Platon avait déjà dit « La musique est un instrument plus puissant que tout autre pour l’enseignement, et les enfants devraient apprendre la musique avant toute chose. »

ET MOZART, LÀ-DEDANS?

La musique de Mozart, comme d’autres musiques, peut avoir un effet positif sur nos émotions, sur notre humeur, elle peut nous aider à nous détendre, à nous calmer. Mais même si vous « branchez » votre enfant dix heures par jour sur La flûte enchantée, il n’obtiendra pas forcément de prix Nobel. En revanche, vous aurez l’assurance qu’il côtoiera dès lors quelque chose de grand, quelque chose de beau. Bercer son enfant, danser avec lui, vivre une expérience active sur une musique de Mozart, cela a un effet magique des plus bénéfiques. Il ne faut pas oublier l’aspect relationnel lié à l’écoute de la musique. Qu’il s’agisse d’une mode, d’un bon coup de marketing ou d’une simple formule-choc, « l’effet Mozart » a aujourd’hui du plomb dans l’aile.

Heureusement, Mozart, lui, est là pour rester. Saviez-vous qu’on ne court aucun risque à faire entendre à ses enfants cette musique magnifique? Non, le danger ne croît pas avec l’usage, au contraire! Mais quand même, il ne faut pas trop en demander : Mozart est un génie, pas un magicien!

Don Campbelle, L’effet Mozart, Éditions Le jour, 1998

F.H. Rausher, Gordon I., Shaw, K.N. Ky, Music and Spatial Task Performance, 1993

Didier Raymond, Mozart, une folie de l’allégresse, Paris, Mercure de France, 1990

Alfred Tomatis, Pourquoi Mozart?, Paris, Fixot, 1991

Pour suivre la chronique de Nathalie

Faire l’apprentissage d’un instrument de musique

Par Nathalie Mondou, Espace Parents

Juin/Juillet 2009

COMMENCER À JOUER D’UN INSTRUMENT

C’est en principe vers l’âge de sept ans que l’enfant est prêt physiquement et intellectuellement à commencer une formation musicale, car cette période coïncide avec l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. L’âge recommandé pour commencer à apprendre à jouer d’un instrument varie cependant en fonction de l’instrument choisi. Pour jouer du piano, par exemple, il faut une indépendance des mains que les enfants acquièrent vers cinq ans. Pour des raisons purement physiques telles que le souffle nécessaire à la production d’un son, l’apprentissage de certains instruments, comme la clarinette, le saxophone et le tuba, ne peuvent être commencé que vers le début de l’adolescence. La guitare exige, de son côté, un minimum de force dans les doigts afin de maintenir la pression sur les cordes.

L’INTÉRÊT DE L’ENFANT

Apprendre à jouer d’un instrument demande une certaine maturité et exige de la discipline. L’enfant qui n’est pas prêt à faire des efforts risque de trouver les pratiques quotidiennes contraignantes et il sera peut-être tenté d’abandonner à la première difficulté. Lorsqu’une expérience se révèle négative, il est difficile ensuite de convaincre l’enfant de s’y remettre, même après plusieurs années. Il est recommandé de faire patienter le jeune jusqu’à l’âge où il aura le plus de chance de succès. Une fois qu’il aura l’envie de découvrir un instrument, il aura également hâte d’aller à son cours de musique.

L’ÉVEIL MUSICAL À LA MAISON : QUELQUES PISTES

Avant que son enfant ait sept ans, le parent peut créer des ambiances musicales enrichissantes. Vous pouvez faire découvrir à votre enfant différents styles musicaux : musique du monde, musique classique, musique pour enfants. Vous pouvez aussi vous procurer de petits instruments de percussion, un harmonica ou un gros tambour, et en jouer en écoutant un disque. Profitez de chaque occasion pour susciter l’intérêt de votre enfant pour la musique : chantez, dansez, mimez et jouez au son de celle-ci. Il est possible par ailleurs d’acheter des jeux de société qui visent à faire découvrir aux jeunes les sonorités et les caractéristiques des différents instruments de musique. Par exemple, le jeu du bingo musical est très apprécié des plus petits : il consiste à deviner l’instrument entendu. Proposez à votre enfant un conte musical comme le classique Pierre et le loup, de Serge Prokofiev, ou alors faites-lui écouter des extraits du Carnaval des animaux, de Camille Saint-Saëns, et découvrez avec lui les sonorités des instruments associés aux différents animaux.

LES ATELIERS D’ÉVEIL MUSICAL POUR LES TROIS À SEPT ANS

Les ateliers proposent aux enfants de découvrir en groupe la musique à travers des expériences sensorielles et la manipulation de petits instruments de percussion. Les enfants aiment apprendre de façon ludique, et les rondes, les danses et les chansons ont la cote auprès des petits.

LAISSER VENIR L’ENFANT

Si un enfant manifeste un intérêt pour un instrument, les chances de succès sont bonnes. Mais si personne dans la famille ne joue de musique, il est plus rare qu’un enfant s’exclame en pointant un instrument : « Moi aussi, je veux en jouer! » De plus, pour stimuler autrement la curiosité de son enfant envers la musique, certaines initiatives peuvent être prises. Les concerts en famille et les matinées musicales donnés par les orchestres symphoniques permettent de favoriser les discussions auteur de la découverte des instruments. La visite d’un magasin de musique un samedi après-midi peut aussi permettre de connaître de nouveaux instruments. Les écoles de musique tiennent aussi régulièrement des séances d’information et de présentation d’instruments, organisées pour les élèves inscrits au cours d’initiation musicale. Les enfants peuvent alors les toucher et poser des questions au professeur.

Pour suivre la chronique de Nathalie

Aider un enfant à développer son langage grâce à la musique

Par Nathalie Mondou, Educatout

Devant un enfant qui présente un retard marqué dans l’acquisition du langage, le parent se sent souvent démuni. Celui-ci peut aider son enfant en attente d’une consultation chez le spécialiste en l’initiant à la musique.

Comme intervenant du réseau des services de garde et des professeurs du primaire, vous pouvez également donner quelques pistes aux parents.

La musique favorise la concentration, stimule la mémoire et facilite grandement l’apprentissage du langage. Elle agit sur toutes les dimensions du développement global : affective et sociale, morale, cognitive, langagière, motrice et physique.

Les spécialistes du langage utilisent fréquemment des jeux sonores pour augmenter le niveau d’attention et la sensibilité de l’enfant au monde qui l’entoure. On oublie les mots et l’intérêt est axé sur la capacité de l’enfant à identifier ce qu’il entend.

Voici quelques idées :

La boite à surprise

Dans une boite de carton, on insère des instruments de musique que l’on choisit avec la participation de l’enfant (grelot, castagnettes, tambour, 2 cuillères…) Les yeux bandés, l’enfant doit reconnaitre l’instrument joué par l’adulte. Par la suite, il nomme l’instrument en appuyant chacune des syllabes avec l’instrument. Les enfants aiment bien changer de rôle et prendre celui du meneur.

Variante : Lorsque l’enfant est en mesure de reconnaitre aisément la plupart des instruments, produisez une séquence de deux ou trois sons sur différents instruments et demandez-lui de les identifier dans l’ordre d’exécution. La mémoire auditive est ainsi renforcée.

La maison des sons

Utilisez une couverture placée sur une table ou une chaise. Cette cachette devient la maison des sons. L’enfant se cache sous la couverture. L’adulte doit faire entendre des bruits de l’endroit où il se trouve (l’eau du robinet, une porte qui se ferme…) L’enfant doit nommer les sons entendus.

À la recherche du réveille-matin

Les yeux bandés, l’enfant doit suivre le son de la sonnerie et retrouver le réveille-matin caché dans une pièce de la maison ou dans la classe. Ce jeu est très apprécié des enfants. Vous pouvez le varier en utilisant un autre objet sonore comme le métronome.

Le jeu du perroquet

L’adulte produit une formule rythmique simple avec un tambour et l’enfant doit répéter la même formule. On peut aussi frotter le tambour et gratter la peau pour varier le jeu. Pendant des siècles les tambours étaient utilisés par les autochtones pour communiquer sur de longues distances. Ne pas jeter les tambours aux oubliettes, car les enfants les adorent aussi.

Educatout

Pour suivre la chronique de Nathalie

Place à la musique

Par Nathalie Mondou, Educatout

Chanter, danser, jouer d'un instrument contribue au développement global de l'enfant. Plusieurs études démontrent que la musique joue un rôle notable dans l'amélioration des aptitudes sociales et scolaires.

Voici quelques pistes qui vous permettront d'explorer le plaisir de vivre la musique en famille!

Un coin musique : du plaisir dans l'action!

Comment organiser un coin musique ?

Aménagez un espace où vous mettrez à la disposition de vos enfants un lecteur de disques compacts, un magnétophone portatif, des livres de comptines et de chansons, des CD variés et divers instruments de musique. Le petit magnétophone portatif servira à enregistrer les chants, les sons et les bruits de l'environnement.

Pourquoi ne pas enregistrer votre chanson du mois en famille? Osez inventer des mélodies avec vos enfants ou changer les mots d'un morceau connu.

De plus, vous pouvez élargir les horizons de vos tout-petits en favorisant l'écoute de différents styles musicaux : musique du monde, musique classique, musique pour enfants...

Partez à l'aventure! Les bibliothèques regorgent de documents sonores captivants.

Pour donner une petite touche d'exotisme à notre coin musique, on peut ajouter à notre collection d'objets sonores des instruments de musique étranges qu'on aura dénichés dans des boutiques d'artisanat ethniques ou qu'on aura glissés dans nos bagages en guise de souvenirs de voyage.

Place à la musique!

Educatout

Pour suivre la chronique de Nathalie

Commencer l'apprentissage d'un instrument de musique

Par Nathalie Mondou, Educatout

Musicienne ayant plusieurs années d'expérience auprès de la petite enfance, les parents me consultent souvent pour trouver une réponse à cette fameuse question : « À quel âge mon enfant peut-il débuter des leçons de piano, de violon? »

Je réponds qu'en principe, vers l'âge de sept ans, l'enfant a plus de chances d'être prêt physiquement et intellectuellement à commencer une formation musicale, car cette période coïncide avec l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. L'âge recommandé pour commencer à apprendre à jouer d'un instrument varie cependant en fonction de l'instrument choisi.

Pour jouer du piano par exemple, il faut une indépendance des mains que les enfants acquièrent vers cinq ans. Parallèlement, pour des raisons purement physiques telles que le souffle nécessaire à la production d'un son, l'apprentissage de certains instruments comme la clarinette, le saxophone et le tuba ne peut être commencé que vers le début de l'adolescence.

Dans la même optique, la guitare exige de son côté un minimum de force dans les doigts afin de maintenir la pression sur les cordes. L'âge idéal varie également selon chaque enfant : sa taille, sa maturité et son niveau de concentration. Il est donc difficile de répondre à cette question de façon catégorique.

Est-ce que l'on court un danger de perdre l'intérêt de l'enfant si l'on commence trop tôt?

Apprendre à jouer d'un instrument demande une certaine maturité et exige de la discipline. Le bonheur de faire de la musique rime avec plaisir, mais implique également la pratique, la constance et l'effort.

L'enfant qui n'est pas prêt risque de trouver les pratiques quotidiennes contraignantes et il sera peut-être tenté d'abandonner à la première difficulté. Lorsqu'une expérience se révèle négative, il est difficile ensuite de convaincre l'enfant de s'y remettre, même après plusieurs années.

Faire patienter son enfant jusqu'à l'âge où il aura le plus de chances de succès reste une idée gagnante. En reconnaissant le plaisir que peut procurer la découverte d'un instrument, il est préférable de laisser le temps à l'enfant d'avoir hâte d'aller à son cours de musique.

Il doit comprendre, du moins intuitivement, qu'un instrument de musique n'est pas un jouet comme les autres et qu'une valeur particulière y est rattachée. Avant sept ans, pourquoi ne pas amorcer l'éveil musical en famille? Les enfants sont toujours attirés par les champs d'intérêt de leurs parents.

L'éveil musical à la maison : quelques pistes

L'éveil musical peut très bien débuter à la maison, où le parent prend le rôle d'initiateur. Celui-ci peut créer des ambiances musicales enrichissantes en favorisant l'écoute de différents styles musicaux : musique du monde, musique classique, musique pour enfants.

Se procurer de petits instruments de percussion, un harmonica ou un gros tambour et en jouer en accompagnant un disque constitue déjà une activité formatrice. Profiter de chaque occasion pour susciter l'intérêt de vos enfants pour la musique: chanter, danser, mimer et jouer au son de celle-ci.

Il est possible, par ailleurs, d'acheter des jeux de société qui visent à faire découvrir aux enfants les sonorités et les caractéristiques des différents instruments de musique. Par exemple, le jeu du Bingo musical est très apprécié des plus petits : il consiste à deviner l'instrument entendu sur une bande sonore.

Proposer à votre enfant un conte musical comme le classique Pierre et le loup, de Serge Prokofiev ou lui faire écouter des extraits du Carnaval des animaux, de Camille St-Saëns. Découvrir avec lui les sonorités des instruments associés aux différents animaux.

Les ateliers d'éveil musical pour les 3 à 7 ans, une bonne idée?

Lorsque la musique est vivante à la maison et que l'enfant en veut plus, des cours d'éveil musical sont offerts aux jeunes enfants dans presque toutes les municipalités.

Ces ateliers sont des rendez-vous, souvent hebdomadaires, initiant les enfants aux plaisirs et aux bienfaits de la musique avant de passer à la leçon privée. Les ateliers proposent aux petits de découvrir la musique en groupe à travers des expériences sensorielles et la manipulation de petits instruments de percussion.

Les enfants aiment apprendre de façon ludique; les rondes, les danses et les chansons ont la cote auprès des petits.

Comment amener mon enfant à me demander un cours d'instrument?

Si un enfant manifeste un intérêt pour un instrument, les chances de succès sont bonnes. Toutefois, si personne dans la famille ne joue d'un instrument, il est plus rare qu'un enfant s'exclame en pointant un instrument : « Moi aussi je veux en jouer! » Pour stimuler autrement la curiosité de son enfant envers la musique, certaines initiatives peuvent être prises.

Les concerts en famille et les matinées musicales présentés par les orchestres symphoniques permettent de favoriser les discussions autour de la découverte des instruments. La visite d'un magasin d'instruments de musique un samedi après-midi peut aussi permettre de découvrir de nouveaux instruments.

Par ailleurs, les écoles de musique tiennent régulièrement des séances d'information et de présentation d'instruments organisées pour les élèves inscrits en cours d'initiation musicale. Ces rassemblements permettent aux enfants intéressés par un instrument de le toucher et de poser des questions au professeur. Rien de tel que de voir et d'entendre d'autres enfants ou des adultes jouer d'un instrument pour nous donner le gout d'en faire autant.

Educatout

Pour suivre la chronique de Nathalie

Un coin musique à la maison : du plaisir dans l'action!

Par Nathalie Mondou, a2z parents

automne/hiver 2010-2011

Chanter, danser, jouer d’un instrument contribue au développement global de l’enfant. Plusieurs études démontrent que la musique joue un rôle notable dans l’amélioration des aptitudes sociales et scolaires. Voici quelques pistes qui vous permettront d’explorer le plaisir de vivre la musique en famille!

Comment organiser un coin musique à la maison?

Aménagez un espace dans la maison où vous mettrez à la disposition de vos enfants un lecteur de disques compacts, un magnétophone portatif, des livres de comptines et de chansons, des CD variés et divers instruments de musique. Le petit magnétophone portatif servira à enregistrer les chants, les sons et les bruits de l’environnement. Pourquoi ne pas enregistrer votre chanson du mois en famille? Osez inventer des mélodies avec vos enfants ou changer les mots d’un morceau connu.

De plus, vous pouvez élargir les horizons de vos tout-petits en favorisant l’écoute de différents styles musicaux : musique du monde, musique classique, musique pour enfants… Partez à l’aventure! Les bibliothèques regorgent de documents sonores captivants.

Pour donner une petite touche d’exotisme à notre coin musique, on peut ajouter à notre collection d’objets sonores, des instruments de musique étranges qu’on aura dénichés dans des boutiques d’artisanat ethniques ou qu’on aura glissés dans nos bagages en guise de souvenirs de voyage. Place à la musique!

Comment aider mon enfant à améliorer sa capacité à s’exprimer.

La musique favorise la concentration, stimule la mémoire et facilite grandement l’apprentissage du langage. Elle agit sur toutes les dimensions du développement global : affective et sociale, moral, cognitive, langagière, motrice et physique.

Les spécialistes du langage utilisent fréquemment des jeux sonores pour augmenter l’attention et la sensibilité de l’enfant au monde sonore qui l’entoure. En un premier temps, on oublie les mots et on porte l’intérêt sur la capacité de l’enfant à identifier ce qu’il entend. Au fil des années de travail auprès des enfants, j’ai accumulé une banque d’activités d’éveil sonore pour les enfants d’âge préscolaire. Amusantes et récréatives, ces activités sont simples à s’approprier et les enfants les redemandent souvent.

Devant un enfant qui présente un retard marqué dans l’acquisition du langage, le parent se sent souvent démuni. En attente d’une consultation chez un orthophoniste, le parent peut aider son enfant en l’initiant à la musique.

Voici quelques jeux sonores à faire en famille

La boîte à surprise

Dans une boîte de carton, on insère des instruments de musique que l’on choisit avec la participation de l’enfant (grelot, castagnette, tambour, 2 cuillères ….) Les yeux bandés, l’enfant doit reconnaître l’instrument joué par le parent. Par la suite, il nomme l’instrument en appuyant les chacune des syllabes avec l’instrument.

Variante

Lorsque votre enfant est en mesure de reconnaître aisément la plupart des instruments, produisez une séquence de deux ou trois sons consécutifs d’instruments et demandez-lui de les identifier dans l’ordre d’exécution. La mémoire auditive est ainsi renforcée.

a2z parents

Repost 0